Padoue ou la fresque du bien-vivre

Depuis deux semaines déjà je réside à Padoue.
Le matin, j’aime me promener d’une extrémité à l’autre du centre-ville et saluer ainsi, par cette procession heureuse, un spectacle de vie et d’abondance qui s’offre quotidiennement à moi. À l’orée du jour, Padoue libère son souffle et ses couleurs : les principales places de la ville se recouvrent de marchés qui ne disparaissent qu’au milieu de l’après-midi. Les gourmands — j’en suis— ne peuvent résister à cet appel à bien manger ! Sur la piazza delle Erbe, les apostrophes des marchands d’appétit et les murmures des passants s’élèvent dans le ciel comme un chant enivrant et chaleureux. La brise matinale fait tournoyer les odeurs et nous prend la main pour nous conduire vers quelques sacs épices ou de risotti parfumés. La langue italienne nous pousse à redécouvrir la nourriture étalée sous vos yeux : puisqu’il faut que se révèlent à nous les nouveaux noms des aliments, que se révèlent une nouvelle fois leur goût !

Le marché aux fruits et légumes de la Piazza delle Erbe, Padoue. ©Pastabobun
Le marché aux fruits et légumes de la Piazza delle Erbe, Padoue ©Pastabobun.
Piazza delle Erbe, Padoue. ©Pastabobun.
Piazza delle Erbe, Padoue ©Pastabobun.
Les halles du Palazzo della Ragione, Padoue. ©Pastabobun
Les halles du Palazzo della Ragione, Padoue ©Pastabobun.

Comme l’écrivait Eluard :

(…)
Je vais la tête la première
Saluant d’un secret nouveau
La naissance des images.

Naissance des images et réveil des sensations. À Padoue, j’ai renoué avec les plaisirs simples : celui du doux crépitement des cèpes dans une poêle, celui du goût suave des figues qui ne quitte plus le palais, celui de la burrata crémeuse qui étouffe avec douceur la dissidence qu’est la malbouffe. Les halles du palazzo della Ragione, embrassées par la piazza delle Erbe et la piazza della frutta, abritent boucheries, poissonneries, fromageries, et fabriques et commerces de pâtes fraîches. Je n’ai pas été surpris de voir que la plupart de ces entreprises d’appétit sont des entreprises familiales, et que — comme si cela n’était déjà pas assez chaleureux — celles-ci entretiennent avec leurs clients des relations de proximité. Dans la boutique où je vais acheter mes pâtes fraîches, mère et fille travaillent ensemble. Chaque fois que j’y retourne, la mamma au sourire et au regard malicieux me demande toujours, presque secrètement, en échappant à l’attention de sa fille, ce que j’ai pensé de ses pâtes, si je les avais bien toutes mangées. Je lui réponds d’un hochement de la tête, et notre discussion clandestine s’achève ainsi sur la vision de son visage de bonté et de fierté. Je la quitte, avec un petit sac rempli de sa création.

Pasta alla Carbonara composée exclusivement de produits du marché et de pâtes fraîches ! ©Pastabobun
Pasta alla Carbonara composée exclusivement de produits du marché et de pâtes fraîches ! ©Pastabobun.
Gnocchi frais achetés... au marché ! ©Pastabobun
Gnocchi frais achetés… au marché ! ©Pastabobun.

Il faut dire qu’il est plus facile pour un étudiant de se nourrir ainsi en Italie qu’en France, les prix le permettant plus souvent, tant dans les marchés que dans les restaurants, où les prix des plats avoisinent souvent les 10€. Par exemple, j’ai pu déguster dans deux très bonnes pizzerie de Padoue, Pago Pago (via Galileo Galilei) et Rosso Pomodoro (via Santa Lucia), des pizze que j’ai envie de manger à nouveau maintenant que je vous en parle… Si dans le premier restaurant vous trouverez des pizze classiques faites par des Napolitains de mains de maître et cuites bien évidemment au feu de bois, à Rosso Pomodoro vous découvrirez des recettes plus audacieuses, notamment réalisées à l’Expo de Milan.

Pizza speck e zafferano, Rosso Pomodoro. ©Thomas Cerulis
Pizza speck e zafferano, Rosso Pomodoro ©Thomas Cerulis.

Padoue est aussi une grande ville étudiante. Sur 210 000 habitants, 60 000 sont étudiants, et de 50 nationalités différentes. L’Université tient de son histoire cette grande attractivité. Huit fois centenaire, elle est demeurée pendant longtemps la seule université de la République de Venise. Pietro Bembo, Copernic, Galilée, et bien d’autres sont passés sur ses bancs et, aujourd’hui encore, la ville vit au rythme de l’année universitaire. Par exemple, cette période de l’année coincide avec celle des soutenances de thèse et, en cas de réussite, les Padouans célèbrent cela d’une manière assez extravagante qui, à force d’être si souvent observée dans la ville, finit par faire partie du décor urbain : l’heureux docteur, affublé d’une tenue ridicule qui force l’humilité, couronné néanmoins de lauriers, est accompagné d’un cortège de proches — famille, amis —d’où s’élève un cantique pour le moins surprenant dont je vous laisse le plaisir de trouver la traduction :

« Dottore, dottore, dottore del buso del culo, vaffanculo vaffanculo ».

Le folklore veut aussi que les musiciens de rue accompagnent cette célébration et, à travers eux, toute la ville. Vous l’avez compris : Padoue regorge d’étudiants, vit pour eux et à travers eux. Ce qui signifie que vous avez près d’une chance sur trois de tomber sur l’un d’entre eux si vous vous promenez dans les rues de la ville. Imaginez à quel point il est aisé de se retrouver, parfois presque malgré soi — mais rarement —, happé par quelque horde nocturne spontanément constituée par la soif. Imaginez ce qui se passerait si la faiblesse des prix évoquée pour la nourriture était aussi vraie pour la boisson ; car elle l’est : dans certains bars étudiants vous pourrez déguster, licher, ou godailler, siffler, un verre de Spritz pour seulement 1,5€.

Aperol Spritz, à base de prosecco, d'eau pétillante et d'apérol ! ©Pastabobun
Aperol Spritz, à base de prosecco, d’eau pétillante et d’apérol ! ©Pastabobun.

Dans cet article, un premier aspect de Padoue vous a été présenté, celui d’une ville dans laquelle il est facile de devenir (ou redevenir) un bon-vivant ! Mais — vous vous en doutez — Padoue n’est pas que ripaille et boisson. Et ce qu’elle est d’autre, vous pourrez le découvrir dans les prochains articles de Pastabobun !

À très bientôt !

Publicités

Une réflexion sur “Padoue ou la fresque du bien-vivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s