From Vietnam with love 6: Hội An

Chers amis,

Qui visite Huế visite inévitablement sa petite soeur Hội An, située à 130 km au Sud de cette dernière. Après un petit séjour dans l’ancienne cité impériale, nous nous sommes donc rendus dans ce petit écrin classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO pour un jour et demi. Nous séjournons donc au Hoi An Historic Hotel, bien sous tous rapports et en plein coeur de la ville.

Hội An ne ressemble cependant en rien à Huế. Ici, point de cité impériale, ni de tombeaux. Hội An est un ancien port marchand, dont les rues sont ornées de maisons chinoises, japonaises et européennes du XVIIe et XVIIIe, parfaitement conservées. Le déclin de l’activité marchande de la ville, au XIXe, a permis à cette dernière de conserver son authenticité: elle est donc le témoin exceptionnel des ports vietnamiens d’antan, et des paysages urbains des siècles passés.

C’est donc un voyage dans le temps et dans les cultures que nous propose Hội An. Cependant, bien qu’elle paraisse idyllique sur le papier, la ville m’a laissé une impression agréable, mais loin du souvenir si féérique que certains amis et blogs m’avaient laissé entrevoir.

2263064709_7f95634343_o.jpg
Les rives de Hội An ©Jean-Marie Hullot

Touristes et boutiques

Ma première déception, inévitable, est le caractère très (trop?) touristique de la ville. Le centre-ville n’est pas grand, et envahi par mes semblables.

Inutile de préciser que les habitants ont vite compris le potentiel à en tirer. Les rues sont donc bordées de boutiques en tout genre, aux prix plus gonflés qu’ailleurs au Vietnam, et plus difficilement négociables.

Certes, je mentirais en prétendant que nous n’avons pas profité de notre passage pour remplir nos valises de souvenirs en tout genre. La tentation est forte, l’offre est grande: lanternes, affiches, maroquinerie… Tout y passe ou presque.

Le marché de la ville propose également un vaste choix de marchandises et de nourriture. Baladez-vous dans le marché couvert, mais également dans la partie extérieure de ce dernier, en vous éloignant de l’hyper-centre. Les étales sont plus locales, typiques, et vous aurez un peu plus de calme qu’ailleurs…

IMG_7087-1
Stand de rue du marché ©Pastabobun

Par ailleurs, j’ai eu la belle surprise de découvrir la boutique du photographe français Réhanh, installé au Vietnam, qui sait capter comme personne regards et sourires! J’ai ainsi pu acheter quelques cartes postales en édition limitée pour embellir mes murs.

Hmong73yearsOld-511x768.jpg
Une femme de la minorité Hmong, au nord du Vietnam ©Réhanh Photography

Côté fourneaux 

Si Huế est une cité réputée pour sa gastronomie, l’on ne peut malheureusement en dire autant de Hội An: la majorité des restaurants sont trop touristiques pour être véritablement de bons repères, et l’on ne retrouve que rarement les saveurs des plats de la ville impériale. Il vous faut donc chercher la petite adresse charmante; bien qu’ayant déjeuné dans plusieurs restaurants corrects, je n’ai pas gardé d’adresses qui vaille à ce point d’être recommandée.

De nombreux restaurants proposent cependant des cours de cuisine à Hội An: une initiative sympathique qui vous permet de faire les courses avec le chef, de tout cuisiner, et de savourer vos mets. Si je n’ai pas eu le temps de tenter l’expérience, elle m’a cependant chaleureusement été recommandée!

Au paradis des tailleurs

Hội An est réputée dans tout le pays pour être la ville des tailleurs: la ville en compte tellement qu’il est complexe de se décider sur la boutique où entrer ! L’offre proposée satisfera toutes les bourses: des échoppes peu chères où négocier est envisageable, aux maisons plus sérieuses et plus chères, la ville abrite tous les types de tailleurs. Un vêtement peut être confectionné en quelques heures (!): vous pourrez donc sauter le pas du sur-mesure au dernier moment de votre séjour, ou étaler les commandes après avoir observé le résultat des premières confections.

Nous avons porté notre choix sur un tailleur très professionnel et assez haut-de-gamme, Yaly Couture. Le service est impeccable: le personnel parle anglais, vous propose un vaste choix de modèles, est totalement à l’écoute de vos désirs, et donne de précieux conseils afin que vos vêtements tombent au mieux. Une employée vous est attribuée et suit votre projet de sa conception à sa finalisation. Les vêtements sont ensuite livrés à votre hôtel. Un peu plus cher que les autres tailleurs en ville, il est cependant à recommander les yeux fermés.

Idée des prix: robes sur-mesure en soie, à partir d’une photo et d’un dessin, réalisée en 24h, 3 essayages: env. 50€.

Si vous avez d’autres bonnes adresses, n’hésitez pas à les partager en commentaire!

La magie des lanternes

Hội An est sans aucun doute l’endroit au Vietnam où vous trouverez la plus forte concentration de lanternes! Ces dernières sont partout: elles font office d’éclairage public, bordent les maisons, illuminent les échoppes, et sont vendues dans beaucoup de boutiques. J’ai ainsi fait l’acquisition, pour moins de 3€, d’une belle lanterne bleue brodée, qui égaye les murs de ma chambre, et me rappellera le pays, le moment du retour venu…

Ces lanternes par milliers contribuent fortement à conférer son atmosphère si particulière à la ville. Le soir venu, tout s’éclaire, et Hội An se pare de ses lumières traditionnelles.

Ce charmant spectacle est complété par l’envoi de bougies sur le fleuve par les bateaux et les riverains des quais. Cependant, la féérie du moment est vite gâchée par l’affluence folle des quais et des ponts le soir venu. Nous avons ainsi été témoins et acteurs de petits embouteillages piétons. Et que dire des scooters et vélos qui tentent d’emprunter les mêmes ponts surchargés de passants… Un grand moment de « convivialité ».

IMG_7064-1
Les lanternes de rue s’allument le soir venu ©Pastabobun
photo
La nuit, les échoppes de lanternes allument la ville ©Pastabobun

Le pont japonais

S’il n’est pas indispensable de visiter les maisons traditionnelles (passer devant et en parcourir les cours m’a largement suffit), vous passerez inévitablement par le pont-pagode japonais, le Chùa Cầu. Cette petite merveille de la fin du XVIe parfaitement conservée est devenue le symbole de la ville. Gardé par des statues de chiens et des singes, il avait été construit pour relier, à l’époque, les quartier chinois et japonais de Hội An.

Il semble que des gardes soient postés de part et d’autre du pont afin de vous faire payer un modique droit de passage. Le système est, comme parfois au Vietnam, incomplet et hasardeux: si vous souhaitez simplement passer d’une rive à une autre, une rue parallèle vous permet de le faire gratuitement. Mais même en passant par le pont, nous n’avons jamais eu à payer le fameux tribut: un jour, les gardes ne sont pas là; le suivant, il n’y en a que d’un côté; l’autre fois, il y a tant de monde qu’il est techniquement impossible de demander aux passants de payer… Bref, ne vous souciez pas de ce droit de passage quasi-inexistant.

IMG_7074-1
Le pont-pagode japonais ©Pastabobun

Sortir du centre

Une fois que vous aurez fait le tour des boutiques, des tailleurs, et des quelques rues qui constituent le coeur de la ville, il vous faut trouver une occupation.

N’hésitez pas à sortir du centre en louant des vélos ou même à pieds: la rive d’en face est plus verte, plus aérée, et bien moins fréquentée.

Enfin, profitez de votre escapade à Hội An pour vous prélasser au bord de l’eau: la plage de Cua Dai n’est qu’à quelques kilomètres d’ici, tout comme l’immense ville portuaire et balnéaire de Đà Nẵng.

photo 1
Le centre-ville vu d’en face ©Pastabobun

Et vous, qu’avez-vous pensé de Hội An? Ville-boutique agréable, repère de touristes, ou endroit féérique? N’hésitez pas à nous transmettre vos impressions.

À très bientôt sur Pastabobun!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s